Qu’entend-on par trackday ?

Un trackday (ou track day) signifie une journée de roulage sur circuit. C’est une journée conviviale entre passionnés, pour se faire plaisir, pour profiter pleinement des capacités de sa voiture dans un environnement adéquat sécurisé (un circuit automobile) et pour améliorer ses compétences à la conduite sportive. Elle engendre modestie de soi, respect des règles établies et respect absolu d’autrui, avec la volonté de ramener à la maison une tête pleine de souvenirs et – à l’exception des pneus et des freins – une auto dans le même état qu’à l’aller. Ce n’est en aucun cas une journée de course, tous les organisateurs vous le martèleront !

Un trackday n’est pas à confondre avec un testday (ou essais course) qui est une journée réservée aux teams professionnels et aux voitures de course. Mais un trackday et un testday sont parfois réunis lors d’une même journée; l’organisateur effectue alors deux ou trois groupes séparés (appelés aussi sessions ou stints).

TYPES DE TRACKDAYS

Sauf journées particulières (formation, coaching,…), il y a deux types de trackdays :
– les journées en open pitlane : chaque pilote peut entrer en piste quand il le veut tout au long de la journée (sauf s’il y a déjà trop de voitures en piste).
– les journées en sessions/séries/groupes/stints : chaque pilote est attribué à un groupe (exemples : groupe 1 = pilotes débutants, groupe 2 = pilotes confirmés ou alors groupe 1 = GT homologuées route, groupe 2 = voitures de course, groupe 3 = formules/karts) et il doit rouler dans les créneaux horaires impartis à son groupe (env. 20 à 40 minutes de roulage par session).

CONDITIONS GENERALES DE PARTICIPATION

a/ pilote
– s’être inscrit à la journée en ayant rempli les formulaires adéquats et payé l’inscription
– avoir signé la décharge en responsabilité envers l’organisateur et le circuit
– sauf exception, avoir 18 ans révolus et être en possession d’un permis de conduire valable
– porter un casque intégral ou jet
– porter des habits adéquats * (idéal : gants, bottines, combinaison)
– participer au briefing des pilotes et avoir reçu le bracelet permettant d’entrer en piste
⇒ toutes les rubriques du chapitre “infos/conseils” sont complémentaires et spécialement rédigées à l’intention des pilotes !

b/ passager/copilote
– en principe avoir 16 ans révolus
– porter un casque intégral ou jet
– porter des habits adéquats (* pantalons longs et t-shirt longues manches sont de plus en plus obligatoires !)
– participer au briefing des pilotes et avoir reçu le bracelet de copilote/passager

c/ accompagnant
– se conformer aux règlements et instructions des responsables du circuit, des commissaires, des organisateurs, des instructeurs ou des pilotes
– avoir des habits adaptés aux conditions météo prévues (chaleur, pluie, vent,…)
– en principe, participer au briefing des pilotes

d/ voiture
– voiture en parfait état (carrosserie, pneus, freins, liquides,…)
– voiture de sport (ou voiture de course) respectant les normes anti-bruit du circuit
– assurance RC valable ou en signer une pour le trackday
– avoir installé un (ou deux) crochet de remorquage avant d’entrer en piste (obligatoire !)
– avoir installé les stickers requis sur le parebrise et/ou sur les côtés de la voiture
⇒ voir aussi les autres rubriques de ce chapitre !

TARIFS

Les tarifs pratiqués peuvent varier fortement d’un organisateur à un autre et d’un circuit à un autre. Le principe général à retenir est que plus le circuit est grand et connu, plus il est (très) cher à la location. Le tarif dépend aussi du type de trackday (nombre limité de voitures, prestations offertes,…) et naturellement de la marge prise par l’organisateur. Ainsi les tarifs peuvent aller de 150 à 350 euros/jour pour un petit circuit (avec souvent un grand mix de voitures et de pilotes) à plus de 1000 euros/jour pour des events exclusifs sur des grands circuits connus. Le tarif moyen demandé par un organisateur sur un grand circuit européen se situe entre 350 et 700 euros/jour.

En y ajoutant les autres frais (essence, pneus, freins, déplacements, repas, hôtel,…) une journée sur circuit n’est pas bon marché. Il faut admettre que le sport automobile est un loisir relativement onéreux et qu’il faut y consacrer un certain budget. Economiser sur l’état de sa voiture, de ses pneus ou de ses freins est le pire calcul à faire. Pour des raisons évidentes de sécurité, les organisateurs et les commissaires ne laisseront pas entrer en piste une voiture douteuse.